Theileriose

Les Theileriae sont des parasites protozoaires intracellulaires obligatoires qui infectent les Bovidae sauvages et domestiques dans une grande partie du monde. Ils sont transmis par des tiques ixodides et ont des cycles de vie complexes chez des hôtes vertébrés et invertébrés. Il existe un certain nombre d’espèces de Theileria spp. qui infectent les bovins; les deux plus pathogènes et économiquement importantes sont T. parva et T. annulata, qui causent respectivement la fièvre de la côte orientale et la theilériose tropicale. Theileria parva affecte les bovins et les buffles d’eau (Bubalus bubalis). Le buffle africain (Syncerus caffer) et les bovins sont des hôtes réservoirs importants pour cet organisme. Theileria annulata affecte les bovins, les yacks et les buffles d’eau et est transmise par des tiques du genre Hyalomma. On pense maintenant que le complexe Theileria orientalis/buffeli est constitué de deux espèces : T. orientalis et T. buffeli. Theileria taurotragi et T. mutans ne provoquent généralement aucune maladie ou une maladie légère, et T. velifera est non pathogène. Ces trois derniers parasites se trouvent principalement en Afrique, et leurs distributions se chevauchent, ce qui complique l’épidémiologie de la theilériose chez les bovins. Theileria lestoquardi, T. luwenshuni et T. uilenbergi affectent les ovins et les caprins. Theileria lestoquardi, également transmise par les tiques Hyalomma, est la seule espèce d’importance économique infectant les petits ruminants. La fièvre de la côte orientale (T. parva) se caractérise par de la fièvre, une lymphadénopathie généralisée, une anorexie, une dégradation de l’état et, chez certains animaux, un écoulement nasal ou une diarrhée. On peut trouver des pétéchies et des ecchymoses sur la conjonctive et les muqueuses buccales, et la production de lait diminue généralement chez les animaux en lactation. Les animaux en phase terminale développent souvent un œdème pulmonaire, avec une dyspnée sévère et un écoulement nasal mousseux. La theilériose tropicale (T. annulata) ressemble généralement à la fièvre de la côte orientale, mais ces parasites détruisent également les globules rouges, provoquant une anémie et, dans certains cas, un ictère ou une hémoglobinurie. On trouve souvent des pétéchies sur les muqueuses, et des diarrhées hémorragiques peuvent être observées aux stades avancés. D’autres espèces de Theileria ont tendance à être portées de manière asymptomatique, bien que certaines puissent provoquer une anémie ou d’autres signes cliniques, en particulier lorsqu’il existe des facteurs exacerbants tels que des coinfections. Il n’existe aucune preuve que les espèces de Theileria présentes chez les ruminants affectent l’homme.