Leucose bovine enzootique

La leucose bovine enzootique est une maladie des bovins due au virus de la leucémie bovine (BLV), membre de la famille des Retroviridae. Les bovins peuvent être infectés à tout âge, y compris au stade embryonnaire. La plupart des infections sont infracliniques mais une certaine proportion de bovins de plus de 3 ans (~ 30 %) développera une lymphocytose persistante, et une proportion moindre développera des lymphosarcomes (tumeurs) dans divers organes internes. Des cas d’infection naturelle ont également été enregistrés chez des buffles d’eau et des capybaras. Les signes cliniques, s’il y en a, dépendent des organes atteints : troubles digestifs, inappétence, perte de poids, faiblesse ou débilité générale et, parfois, manifestations neurologiques. Les nœuds lymphatiques superficiels peuvent être nettement hypertrophiés et être palpables sous la peau ou par examen rectal. Les bovins atteints de lymphosarcomes peuvent mourir subitement, ou des semaines voire des mois après l’apparition des premiers signes cliniques, en fonction de l’emplacement et du nombre de tumeurs et des caractéristiques de croissance tumorale. Bien que plusieurs espèces puissent être infectées par inoculation du virus, l’infection naturelle ne se produit que chez les bovins (Bos taurus et Bos indicus), les buffles d’eau et les capybaras. Les ovins sont très sensibles à l’inoculation expérimentale et, le plus souvent, développent des tumeurs à un âge moins avancé que les bovins. Une réponse anticorps persistante peut être observée après infection expérimentale chez les cervidés, le lapin, le rat, le cochon d’Inde, le chat, le chien, le mouton, le singe rhésus, le chimpanzé, l’antilope, le porc, la chèvre et le buffle. Il n’existe pas de vaccin contre le BLV. Le BLV est considéré comme sans danger pour l’humain.