Encéphalomyélite équine (de l’Ouest)

Le virus de l’encéphalomyélite équine de l’Ouest (EEO) appartient au genre Alphavirus de la famille des Togaviridae. Il est présent sur le continent américain et peut provoquer la maladie tant chez l’humain que chez les équidés, avec une encéphalite dans la plupart des cas cliniques. Typiquement, le virus de l’EEO se maintient dans le milieu naturel en alternant entre des hôtes vertébrés et des moustiques vecteurs. Dans les régions tempérées, des cas d’encéphalite dus à ce virus apparaissent de façon sporadique chez le cheval et chez l’humain entre le milieu de l’été et la fin de l’automne, tandis que dans les régions tropicales ils peuvent se produire à n’importe quel moment de l’année pourvu que les conditions climatiques soient propices à la présence du moustique vecteur. Chez le cheval, la maladie s’exprime cliniquement par de la fièvre, de l’anorexie et de l’abattement. Dans les cas graves elle peut évoluer vers une hyperexcitabilité, une cécité, une ataxie, une dépression mentale sévère, un décubitus, des convulsions, et la mort de l’animal. Le virus de l’EEO peut provoquer une maladie infraclinique ou modérée avec moins de 30 % de mortalité. Les passereaux sont les principaux hôtes réservoirs du virus. Chez les oiseaux l’infection par le virus de l’EEO est généralement non clinique, mais des cas cliniques ont été signalés chez des volailles, du gibier à plume et des ratites. Le cheval et l’humain sont des culs-de-sac épidémiologiques pour le virus de l’EEO. Les vaccins contre l’EEO sont sûrs et immunogènes.