Tularémie

Multiple species

La tularémie est une zoonose causée par la bactérie Francisella tularensis. Elle se manifeste naturellement chez les lagomorphes (lapins et lièvres) et les rongeurs, en particulier les rongeurs microtinés tels que les campagnols et les rats musqués, ainsi que chez les castors. En outre, une grande variété d’autres mammifères ont été signalés comme étant infectés, et l’organisme a été isolé chez des oiseaux, des poissons, des amphibiens, des arthropodes et des protozoaires. Les arthropodes hématophages jouent un rôle important dans le maintien de F. tularensis dans la nature et dans la transmission de la maladie. La maladie se caractérise par de la fièvre, une dépression et souvent une septicémie. Chez l’homme, il peut y avoir des ulcères ou des abcès au site d’exposition (ce qui est rarement le cas chez les animaux) et un gonflement des ganglions lymphatiques régionaux. Les deux types de F. tularensis les plus pertinents sur le plan clinique sont reconnus sur la base des caractéristiques de culture, de l’épidémiologie et de la virulence. Francisella tularensis subsp. tularensis (type A) est principalement associée aux lagomorphes en Amérique du Nord et est principalement transmise par les tiques ou les mouches piqueuses ou par contact direct avec des animaux infectés. Elle est très virulente pour les humains et les lapins domestiques, et la plupart des isolats fermentent le glycérol. Francisella tularensis subsp. holarctica (type B) se rencontre principalement chez les rongeurs aquatiques (castors, rats musqués) et les campagnols en Amérique du Nord, et chez les lagomorphes (lièvres) et les rongeurs en Eurasie. Elle est principalement transmise par contact direct ou par des arthropodes (principalement des tiques et des moustiques) mais peut également être transmise par inhalation ou par de l’eau ou des aliments infectés. Elle est moins virulente pour les humains et le lapin domestique, et ne fermente pas le glycérol. Chez les animaux sensibles, des signes cliniques de dépression sévère sont suivis d’une septicémie mortelle. L’évolution de la maladie dure environ deux à dix jours, et les animaux sont généralement morts lorsqu’ils sont présentés pour le diagnostic. La plupart des espèces domestiques ne manifestent généralement pas de signes d’infection par la tularémie, mais elles développent des anticorps spécifiques contre l’organisme après l’infection. Des foyers à forte mortalité causés par l’organisme de type A sont survenues chez les moutons. Chez les animaux domestiques, l’infection à F. tularensis peut entraîner une maladie clinique chez les chats, mais moins souvent chez les chiens. Tous deux ont été impliqués dans la transmission de la maladie aux humains, du chat aux humains, le plus souvent par morsure ou griffure, et du chien par contact facial étroit, tiques et carcasses récupérées, ainsi que par morsure. De nouveaux vaccins contre la tularémie sont en cours de développement mais ne sont pas encore homologués pour un usage humain ou animal.