Cysticercose porcine

La cysticercose des animaux d’élevage et sauvages est causée par les stades larvaires (métacestodes) des cestodes de la famille des Taeniidae (ténias) ; les stades adultes se développant dans l’intestin des humains, des chiens, des chats ou des Canidae et Mustellidae sauvages. La cysticercose porcine (principalement dans les muscles et le système nerveux central) est causée par les métacestodes (cysticerques) des cestodes humains Taenia solium. Les cysticerques de T. solium se développent également dans le système nerveux central, la musculature et les tissus sous-cutanés des humains’. Les segments gravides sont excrétés par les ténias adultes. Les œufs de ténia, à l’intérieur de proglottis ou séparés, sont libérés dans l’environnement avec les fèces. Les œufs peuvent être disséminés à partir des fèces par des moyens physiques ou par des hôtes de transport. Les mouches ingèrent particulièrement les œufs et transportent ces œufs, ainsi ces derniers sont déposés à haute intensité dans un rayon de 150 m autour des fèces et à basse intensité sur 10 km. Les œufs sont immédiatement infectieux lorsqu’ils sont transmis. Les animaux acquièrent l’infection par l’ingestion de nourriture ou d’eau contaminée par des œufs collants, par l’ingestion de segments d’œufs ou de fèces contenant des œufs, ou par la consommation d’arthropodes tels que les bousiers qui transportent des œufs. Les humains peuvent être infectés par T. solium par des œufs présents sur des légumes, dans l’eau, etc., qui ont été contaminés par des fèces ou des aliments contaminés via manipulation par des mains sales, par transmission féco-orale ou éventuellement par rétro-péristaltisme et éclosion des œufs en interne (auto-infection). La maladie se concentre là où il existe un porteur humain. La plupart des infections par les ténias adultes et larvaires provoquent peu ou pas de maladie. La neurocysticercose humaine (NCC) potentiellement mortelle causée par T. solium est une exception. Ce parasite provoque aussi occasionnellement des signes musculaires ou oculaires chez l’homme. La cysticercose entraîne des pertes économiques par la condamnation de la viande et des abats infectés. D’excellents vaccins basés sur des antigènes recombinants dérivés des protéines de l’oncosphère ont été développés pour immuniser les animaux contre la cysticercose causée par T. ovis chez les ovins, T. saginata chez les bovins et T. solium chez les porcs.