Maladie hémorragique du lapin

La maladie hémorragique du lapin (MHL) est une hépatite aiguë mortelle et hautement contagieuse des léporidés, causée par un calicivirus (genre Lagovirus). Jusqu’en 2010, tous les virus de la MHLisolés appartenaient à l’un des six génotypes (G1 à G6) précédemment identifiés, parmi lesquels le G6 est un sous-type antigénique. En 2010, un autre virus de la MHL, phylogénétiquement et antigéniquement distinct du virus de la MHL, est apparu en Europe et a été appelé virus de type 2 de la MHL. Un autre lagovirus, appelé virus du syndrome du lièvre brun européen, provoque une maladie similaire chez le lièvre (Lepus europaeus, L. timidus et L. corsicanus). La MHL se caractérise par une morbidité élevée et une mortalité pouvant atteindre 90 %. L’infection se produit principalement par voie orale. La transmission se fait par contact avec des lapins infectés ou par contact indirect avec des vecteurs mécaniques (y compris les insectes, les oiseaux et les humains) ou des outils et équipements contaminés. La période d’incubation de la MHL varie d’un à trois jours, et le décès survient généralement 12 à 36 heures après l’apparition de la fièvre. Les principales manifestations cliniques de l’infection aiguë sont les signes nerveux et respiratoires, l’apathie et l’anorexie. Chez les lapins de moins de quatre à six semaines, l’évolution de l’infection par le virus classique ou par le virus antigénique de la MHL est subclinique, mais lorsque l’agent causal est le virus de type 2 de la MHL, les signes cliniques et la mortalité sont observés même chez les jeunes animaux à partir de sept à 15 jours d’âge. Le contrôle indirect de la maladie est facilement réalisable par la vaccination. Le virus de la MHL n’a jamais été signalé chez l’homme et les autres mammifères.