Chlamydiose ovine

Sheep and goat

La chlamydiose ovine, également appelée avortement enzootique des brebis ou avortement enzootique des ovins, est causée par la bactérie Chlamydia abortus. L’avortement dû à Chlamydia survient généralement au cours des deux ou trois dernières semaines de gestation, avec l’apparition d’agneaux mort-nés et de placentas enflammés. Cependant, l’infection peut également entraîner la naissance d’agneaux mort-nés à terme ou d’agneaux faibles qui ne survivent pas plus de 48 heures. Les brebis infectées peuvent également donner naissance à des agneaux sains. Il y a rarement des signes annonciateurs d’un avortement, bien que l’on puisse observer des changements de comportement et un écoulement vulvaire dans les dernières 48 heures de la gestation. L’avortement dû à Chlamydia se produit également dans une mesure similaire chez les caprins et, moins fréquemment, les bovins, les porcs, les chevaux et les ruminants sauvages peuvent être touchés. Chez les ovins, un avortement en fin de gestation avec expulsion des membranes fœtales nécrosées sont des indicateurs diagnostiques. L’infection humaine peut être contractée à partir de produits d’avortement ou de parturition infectés ou à partir de cultures de laboratoire de l’organisme manipulées sans précaution, avec des manifestations allant de l’infection subclinique au syndrome grippal aigu. Des cas authentifiés de placentite et d’avortement humains causés par C. abortus d’origine ovine/caprine indiquent que les femmes enceintes courent un risque particulier et ne devraient pas être exposées à des sources d’infection. Il existe des vaccins inactivés et vivants dont on a rapporté les effets préventifs sur l’avortement et la réduction de l’excrétion. Ils aident à contrôler la maladie mais ne l’éradiquent pas.