Agalaxie contagieuse

Sheep and goat

L’agalaxie contagieuse est un grave syndrome des ovins et des caprins qui se caractérise par des mammites, de l’arthrite, des kératoconjonctivites, et, parfois, des avortements. Elle est principalement due à Mycoplasma agalactiae (Ma), mais M. capricolum subsp. capricolum (Mcc), M. mycoides subsp. capri (Mmc) et M. putrefaciens (Mp) peuvent produire une maladie cliniquement similaire, qui touche plus souvent les chèvres et peut s’accompagner d’une pneumonie. Le groupe de travail sur l’agalaxie contagieuse de l’action 826 (mycoplasmes des ruminants) de la Coopération européenne sur la recherche scientifique et technique (COST) de la Commission européenne (CE) a convenu que ces quatre mycoplasmes devaient être considérés comme des agents étiologiques de l’agalaxie contagieuse (European Commission, Directorate-General for Research and Innovation, Santini, F., Leori, G., Scanziani, E., COST 826 : Agriculture and biotechnology: Mycoplasmas of ruminants: Pathogenicity, diagnostics, epidemiology and molecular genetics, Publications Office, 1998. https://op.europa.eu/en/publication-detail/-/publication/fd38a1ac-a48a-4560-854c-20583f4a7a06). Au plan clinique, la maladie due à Ma se distingue par une élévation de la température, une inappétence, une altération de la consistance du lait chez les brebis en lactation, avec un déclin de la production lactée allant jusqu’au tarissement, souvent au bout de 2 ou 3 jours, du fait d’une mammite interstitielle. Arthrite, pleurésie, pneumonie, mammite et kératoconjonctivite peuvent être autant de signes d’une infection à Mmc. Contre Ma, des vaccins industriels inactivés au formol sont couramment utilisés mais sont considérés comme peu efficaces ; les vaccins vivants seraient plus protecteurs que les vaccins inactivés. Il existe un vaccin industriel contenant Ma, Mmc et Mcc. En revanche il n’existe pas de vaccin contre Mp car la maladie qu’il provoque est considérée comme n’étant ni très grave ni très répandue. En 2015 Mcc a été isolé pour la première fois chez un humain, un patient de sexe masculin atteint de septicémie. Il n’y a pas d’implications pour la santé humaine car l’agalaxie contagieuse n’est pas une zoonose.